Cosaques sanglants

Dans l’après-midi du 22 août 2019, dans la ruelle Pyatnitsky, à Moscou, les cosaques ont attaqué des sans-abris.

Des méthodes répugnantes
Soudainement, plusieurs hommes de grande taille, vêtus d’uniformes de camouflage et de masques à gaz, ont déboulé vociférant, ordonnant aux sans-logis de déguerpir immédiatement.
Sans attendre, ils les ont arrosés d’essence, gazés au moyen de sprays, battus avec des barres de fer.

Groupuscules au service du pouvoir
Ces “cosaques” aux idées nationalistes extrêmes, on en retrouve de nombreuses bandes disséminées en Russie.
Nervis du pouvoir, ils proclament leur soutien sans faille au gouvernement de Vladimir Poutine et pourchassent sans retenue tout ce qui ne correspond pas à leurs critères sociaux : marginaux, gays, opposants politiques et comme nous le voyons, les sans-abris.

Gravement brûlés au visage
Alexeï, l’un des victimes raconte : Nous n’avons pas eu le temps de comprendre, ces individus nous sont tombés dessus en gesticulant et de suite, tout en hurlant que nous avions trois secondes pour déguerpir, ils nous ont attaqués. Quatre personnes ont le visage gravement brûlé, une cinquième a une jambe cassée.

Répressive préméditation
Dasha Baibakova, la directrice de la succursale de Nochlechka à Moscou, nous déclare :
Cet événement est tous sauf un incident isolé.
La politique de l’État relative aux sans-abris à Moscou s’exprime non pas en aidant ces personnes, mais en les discriminant.
Le but de la manœuvre : chasser ces personnes, les emmener quelque part, les faire disparaître. Quelle dérision, quel cynisme, lorsque l’on sait que ce sans-abrisme est en grande partie un effet pervers de la politique étatique
ajoute Baybakova.

484’000 francs pour les criminels
En 2018, ce groupuscule cosaque a touché une subvention de 32,6 millions de roubles (484’403 francs) du gouvernement de Moscou pour « travailler » avec les sans-abris.
Montant alloué “pour la mise en œuvre de mesures préventives dans la ville de Moscou parmi les personnes impliquées dans le vagabondage et la mendicité, ainsi que pour l’assistance et l’aide sociales apportées aux citoyens sans abri“, sic.

Complaisance policière
Le 5 mai 2018, lors d’une manifestation de l’opposition, le journaliste du Temps a constaté la bienveillance policière face à leur violente intervention.
Suite à la ratonnade survenue à la rue Pyatnitsky, le service de presse du siège du ministère de l’Intérieur du ministère de la Défense de la capitale a annoncé qu’il n’avait rien à déclarer à ce sujet.

Nochlechka dépose plainte
Grigory Sverdlin, président de Nochlechka, a confirmé que l’organisation déposerait une plainte auprès du service de la protection social afin d’éclaircir les violences de la rue Pyatnitsky et demanderait des explications quant à cette subvention budgétaire allouée aux activités des cosaques.

Ils sont des dizaines de milliers de sans-abris, notre tâche est immense, soutenez Nochlechka

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *