Un premier pas

Soulignons l’importance de ce moment.
La préoccupante problématique des citoyens russes sans-papiers sans-abris a enfin été abordée lors de la réunion du Conseil des droits de l’homme en Russie.

Jusqu’alors l’Etat russe niait plus qu’autre chose ce drame humain.

Ce 14 mars dernier, Grigory Sverdlin, président de Nochlechka, Igor Karlinsky, avocat de l’ONG, et Daria Baybakova, directrice de la branche moscovite de Nochlechka, ont exposé aux représentants des services gouvernementaux et aux collègues d’autres organisations caritatives présentes à l’événement, la grave situation sociale concernant les rejetés de l’administration.
On en compte des millions en Russie.

Pour la première fois
Cette réunion officielle au niveau fédéral est des plus importantes, nous a déclaré Grigory Sverdlin.
Il ajoute : nous avons pu discuter, pour la première fois, du sort des sans-papiers sans-abris avec des représentants du ministère du Travail, de la Caisse des pensions, de l’Office pour les migrations, des représentants des autorités exécutives régionales et des commissaires aux droits de l’homme.

Un tournant ?
Il s’agit de la première session extraordinaire du CDH, dont le C signifie Care. Un symbole optimiste. Espérons que cette rencontre marque une toute première étape et qu’en Russie, un jour pas si lointain, il y aura un système d’assistance pour les sans-abris, des institutions étatiques et des organisations caritatives multiples qui s’en occuperont. Pas à pas, nous pourrons changer le sort d’une personne sans abri dans notre société, lui redonner un futur, une espérance, conclut Grigory Sverdlin.

Redonner une espérance
Le point le plus crucial, celui de l’enregistrement a été abordé. Nochlechka a souligné l’indispensable réforme administrative nécessaire pour que cet arbitraire administratif cesse.
De plus, à propos du programme fédéral visant à créer des centres de santé pour les sans-abris, l’ONG a souligné l’importance à donner une assistance sociale et professionnelle aux sans-papiers sans-logis afin de les aider, les appuyer dans leur réinsertion.
Ceci étant bien plus fondamental que de simplement les accueillir dans des lieux sans leur offrir autre chose qu’un refuge temporaire.

Voir la Vidéo de la réunion, en russe.

Soutenez Nochlechka vous sauvez des vies

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *