Interdits d’eau potable

Ce 22 mars nous rappelle que des millions de terriens sont privés de tout accès au précieux liquide. Parmi eux, plus de soixante mille sans-papiers sans-abris de Saint-Pétersbourg.

Crever de soif ou s’empoisonner
En cette ville, boire de l’eau au robinet est vivement déconseillé tant elle est de mauvaise qualité. Que dire de celle que doive ingurgiter les abandonnés de l’administration. Ils sont obligés d’ingérer l’eau des rivières et des canaux fort pollués de la ville, ce qui a évidemment des effets néfastes pour leur santé nous dit Grigori Sverdline, le directeur de Nochlechka.

L’ONG pétersbourgeoise profite de ce 22 mars pour rappeler l’immense problème de l’accès à l’eau pour les sans-abris.
Elle souligne aussi que les sans-abris n’ont tout simplement aucun endroit où se laver : la ville ne possède pas de douches gratuites, tandis que les bains publics leur refusent l’entrée faute de papiers en règle.
Il nous déplaît que certains d’entre eux sentent mauvais, mais il ne nous vient pas à l’esprit qu’ils n’ont tout simplement pas d’endroit pour se laver et faire leur lessive, ajoute Grigory Sverdlin.

Point d’eau
Pour pallier l’inefficience et l’indifférence des pouvoirs publics, Nochlechka, depuis plus de trois ans, veut installer des douches ambulantes.
Enfin le projet va voir le jour.
Fin février un premier pas a été franchis, la signature du bail du terrain sur lequel trois containers seront conditionnés, l’un sera aménagé afin de servir d’abris de nuit pour 28 personnes, l’autre adapté pour y accueillir des douches accessibles à tous y compris les handicapés, et le troisième agencé en une blanchisserie.

Lenteur bureaucratique
En février dernier, Grigory Sverdlin a rencontré la vice-gouverneur, Anna Mityanina puis le gouverneur par intérim de Saint-Pétersbourg, Alexander Beglov.
Grigory en a profité pour leur demander de les soutenir dans les démarches administratives connues pour leur lenteur et parfois leur corruption.
Il semblerait que ces rencontres ont eu quelques effets, le 20 mars, la compagnie d’électricité Lenenergo a contacté Nochlechka pour l’installation électrique sur le terrain.

Projet Night Shelter
Malgré ce signe positif, et pour des raisons de financement, Nochlechka a préféré diviser l’opération Night Shelter en trois phases :
– la première, installation des containers et aménagement de l’abris de nuit pour 38 personnes et un gardien
– la deuxième, installation des douches accessibles à tous
– la troisième, installation de la blanchisserie

NSS a entrepris de rechercher des soutiens financiers pour ces trois phases.

Soutenez Nochlechka, vous sauvez des vies

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *