L’hiver arrive

A Saint-Pétersbourg, Nochlechka se prépare à recevoir l’hiver. Très prochainement elle installera ses tentes de la survie.
Soutenez-les, vous sauvez des vies

Les premiers pas
A cette occasion, Grigory Sverdlin, directeur de l’ONG, nous raconte comment fut installé le premier abri chauffé.
En 2006, face à la terrible mortalité hivernale et l’indifférence des pouvoirs publics nous avons interpellé l’église orthodoxe pour qu’elle nous aide à trouver une solution pérenne, en vain.
Face à l’absence totale de solidarité, Nochlechka avec ses faibles moyens économiques démarrait seul une action de la survie : la mise sur pied d’un abri chauffé permettant d’accueillir les plus démunis des sans-papiers sans-abris.
Pour ce faire, nous avons dégotté dans les surplus de l’armée une tente bien isolée pouvant abriter une cinquantaine de personnes.

Mauvaise volonté
En tant que coordinateur, je négociais avec l’administration du district, nous cherchions une place où planter notre tente. Aucune solution nous fut offerte si bien que nous l’avons installée dans la cour de notre centre d’accueil, 112 B, rue Borovaya.
Avec des moyens de fortune, nous avons acheté de l’équipement de chauffage, aménagé le lieu pour qu’il soit isolé du sol. Dans les supermarchés, nous avons cherché des palettes en bois que nous avons transformé en plancher.
Nous avons informé les sans-papiers sans-abris via la distribution de vivre du Bus de nuit.
Le premier jour d’ouverture, j’ai été stupéfait du nombre de personnes qui attendait de pouvoir s’y réfugier. La demande était grande.
Tous ne semblaient pas être des sans-logis mais nous avons décidé de n’effectuer aucun tris, toute personne devant se protéger du froid était la bienvenue.

Douze ans plus tard la même indifférence étatique
Douze ans plus tard cela n’a pas changé, nous les accueillons à bras ouverts ajoute Grigory Sverdlin.
Depuis deux ans nous arrivons à ouvrir trois tentes, le besoin ne s’est pas tari. Il faut dire que les services sociaux de l’Etat ne se sentent toujours pas concerné par la tragédie hivernale.
Et pourtant, rappelons-nous de l’hiver 2012, alors que le froid est particulièrement meurtrier, Sergueï Chaïgou, à l’époque ministre des situations d’urgence du cabinet de Vladimir Poutine, exige aux dirigeants des institutions territoriales « d’organiser dans chaque ville l’installation de tentes chauffantes et des structures de ravitaillement pour les SDF qui sont les premières victimes du froid ». Les autorités pétersbourgeoises avaient fait la sourde oreille.
Ni même les 1’194 personnes mortes de froid à Saint-Pétersbourg lors de l’hiver 2014-2015 ont sensibilisé les services sociaux, poursuit Grigory.

Douze ans plus tard, nous continuons à devoir nous battre, transmettre les mêmes dossiers hiver après hiver comme si nous n’avions rien entrepris, nous rencontrons la même indifférence, et il en est pareil cette saison, conclus un rien fataliste Grigory

Soutenez Nochlechka vous sauvez des vies

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *