Crever de soif

Alors que sous nos latitudes nous affrontons la canicule sans problème aucun pour nous désaltérer et nous rafraîchir, il n’en est pas du tout de même à Saint-Pétersbourg pour les sans-abris.

Pas d’eau pour les plus démunis
A plus d’une reprise nous vous avons parlé de cette terrible problématique.
Force est de constater qu’elle est toujours de mise et le thermomètre, là-bas aussi, mesure des températures élevées.
Face à ces faits, Nochlechka lance une action de collecte d’eau potable puis de sa distribution par le biais du Bus de Nuit.

Aidez-nous à leur acheter de l’eau

Des dizaines de milliers de personnes souffrent de la soif
Du 01 au 08 août nous menons cette opération pour sensibiliser l’opinion sur le sort de leurs concitoyens qui n’ont pas accès à l’eau potable nous explique Andreï Chapaev responsable des actions humanitaires à Nochlechka.
Nous prions aux Pétersbourgeois de nous apporter des bouteilles d’eau plate d’une contenance d’un demi litre, c’est le plus pratique ajoute Andreï.

La réception du précieux liquide a lieu dans les locaux de l’ONG, de 09h00 à 22h00.

En outre nous demandons aux sans-abris d’apporter avec eux, aux arrêts du Bus, des bouteilles vides.
Rappelons qu’à Saint-Pétersbourg on ne trouve pas de source d’eau potable.
Les SDF sont obligés de boire l’eau des cours d’eau fort pollués de la ville, des rivières et des canaux, ce qui a évidemment des effets néfastes pour leur santé.
D’autre part, ils n’ont tout simplement aucun endroit pour se laver : la ville ne possède pas de douches gratuites, tandis que les bains publics leur refusent l’entrée.
Il nous déplait que certains d’entre eux sentent mauvais, mais il ne nous vient pas à l’esprit qu’ils n’ont tout simplement pas d’endroit où se laver et faire leur lessive conclut Andreï Chapaev.

Sans une goute toute la journée
L’année dernière, à pareil époque nous avions rencontré Sergueï, une quarantaine d’année, le visage buriné par la survie, il nous racontait ce calvaire d’être privé d’eau.
Il y a seulement deux possibilités d’avoir de l’eau potable nous dit-il. Gagner un peu d’argent et l’acheter, ce qui est loin d’être évident aux vues de notre condition, ou de se rendre dans les toilettes d’un restaurant de fastfood.
Mais si nos vêtements sont sales, difficile d’entrer et de boire l’eau aux toilettes. Parfois, nous choisissons parmi nous une personne qui a les vêtements les moins crades et qui joue les porteurs d’eau pour nous tous.
Il y a des jours où je ne peux rien acheter à boire, où je crève de soif. Aujourd’hui, par exemple, je n’avais rien bu avant 19h30.

Soutenez Nochlechka, vous sauvez des vies

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *